Règles de golf 2013

Rappels de quelques règles de golf
Dans le cadre des tournois de simples et de doubles organisés par l’ASSA, il apparaît utile de rappeler les quelques règles de base suivantes du golf, édictées par la FFGolf, sans le respect desquelles il ne pourrait pas y avoir de vrais décomptes des points.

1. Règle de la balle injouable
Un joueur peut considérer, à tout moment, que sa balle est injouable, sauf si elle repose dans un obstacle d’eau.
Dans ce cas, sous réserve d’un point de pénalité, il dispose de 3 options :
  1 .1 après avoir marqué sa balle, il peut effectuer, ce qu’on appelle un « dégagement » à 2 longueurs de club maximum de l’endroit où sa balle repose ou a été marquée, sans se rapprocher du trou. Cela consiste à dropper verticalement la balle, à hauteur de l’épaule. La balle est alors en jeu et elle ne peut plus être touchée, sans encourir de pénalité, sauf si c’est pour jouer le coup suivant. Toutefois, si, après avoir heurté le sol, la balle roule et repose à plus de 2 longueurs de club, elle pourra être redroppée une seconde fois. Si elle se déplace à nouveau au-delà de cette limite, elle sera alors placée à l’endroit où elle aura touché le sol. Cette situation se produit notamment lorsque le terrain est en pente ;
  1.2 le joueur peut dropper sa balle en arrière d’une ligne imaginaire partant du trou (drapeau) et passant par l’endroit où sa balle reposait dans l’obstacle, sans limite de distance arrière ;
  1.3 le joueur peut rejouer sa balle de l’endroit où il a joué le coup précédent.
Si cet endroit était le départ, le joueur peut utiliser un tee.
Si la balle estimée injouable repose dans un bunker, le joueur peut procéder comme indiqué, sauf que s’il choisit les options 1.1 et 1.2, il devra se dropper dans le bunker. Mais il s’ensuit aussi que si la balle avait déjà été jouée dans le bunker, le dernier endroit où le joueur avait joué était le bunker (cas 1.3). Dans cette hypothèse, le joueur ne pourrait que se dropper dans le bunker.
2. Règles s’appliquant aux obstacles d’eau
Il existe 2 types d’obstacles d’eau : les obstacles d’eau frontaux matérialisés par des piquets ou des lignes jaunes et les obstacles d’eau latéraux signalés par des piquets ou des lignes rouges. Il est à signaler que l’obstacle d’eau commence ou finit sur la ligne passant entre les piquets ou marquée à la couleur indiquée.

  •   2.1 Obstacles d’eau frontaux (piquets jaunes ou lignes jaunes)

Trois possibilités de jeu existent si on a la conviction que la balle est effectivement dans l’obstacle d’eau :

- jouer la balle telle qu’elle repose sans toucher l’obstacle d’eau à l’adresse avec le club. Il est par ailleurs interdit d’enlever tout détritus ou autre élément pour améliorer son lie ou son stance ; i.e de toucher le sol de quelque manière que ce soit. Mais si la balle est effectivement dans l’eau il peut s’avérer délicat ou impossible de la jouer telle quelle;
- dropper sa balle en arrière de l’obstacle d’eau sur une ligne imaginaire partant du trou (drapeau) et passant par l’endroit où la balle est entrée en dernier dans l’obstacle. Cette règle s’applique, même si la balle a dépassé l’obstacle d’eau avant de venir y reposer après avoir roulé en arrière ;
- jouer sa balle de l’endroit où a été joué le coup précédent.
Dans les 2 derniers cas, le joueur est pénalisé d’un point.
Le graphique ci-dessous illustre ces options, le point A étant l’endroit où se trouve la balle dans l’obstacle et le point B l’endroit d’où elle a été jouée initialement :

Lire la suite : Règles de golf 2013